Blogue

 

Le leadership bienveillant au service des entreprises innovantes ?

Par Sarah Berkane

Il y a une quinzaine d’années, le concept de responsabilité des entreprises envers la santé de leurs employés en faisait sourire plus d’un. Certains dirigeants se laissaient convaincre par les arguments financiers relevant d’études sérieuses, mais ceux qui ont osé se lancer n’ont pas eu le succès escompté…

En effet, une démarche santé mieux-être initiée seulement pour des raisons de diminution de coûts organisationnels ne réussissait pas à convaincre des employés, friands d’un engagement authentique et sincère.

La Santé Mieux-être au travail, un incontournable pour nos organisations

Lors de la Tournée des régions « Devenez un leader engagé! », le groupe Entreprises en santé a constaté un virage important dans certaines organisations : la notion de bienveillance avait pris une place centrale, sans s’opposer à la performance et à la productivité. Le Dr Mario Messier, Directeur scientifique du Groupe entreprises en santé parle de « saine performance », c’est-à-dire que la mise en place d’une démarche de santé mieux-être pour ses employés ne se fait pas aux dépends de la productivité, bien au contraire ! C’est parce qu’une organisation augmente la valeur accordée à la santé globale de ses employés qu’elle augmente sa performance.

Que font donc ces leaders innovants ? 

Prenons l’exemple de Marie-Ève Lejour, PDG-propriétaire de La Savonnerie des Diligences en Estrie. Sa vision ? Aider ses employés à réaliser leurs rêves. Pour elle, un employé heureux contribue au développement de l’entreprise et à sa prospérité. 

La mission de Benoit Brunel, Président fondateur de Tootelo sur la rive Sud ? Privilégier le bien-être de ses employés (flexibilité des horaires, 8 semaines de congés dès l’arrivée, concept de la tribu pour développer la santé sociale…) avant de satisfaire ses clients et ses actionnaires.

Ou bien encore le président de Saguenay Marine, Guy Hovington qui implique ses employés dans toutes ces décisions d’affaires et les considère comme une famille !

Un employé en santé se définit selon le Dr Messier comme « un employé bien dans sa tête, bien dans son corps, bien dans son équipe et qui fait un travail qui a du sens pour lui. Il rentre chez lui avec une bonne énergie, car il travaille dans un milieu qui génère de la santé et non de la maladie. »

On voit donc apparaître depuis ces cinq à dix dernières années, un éveil de nos chefs d’entreprise et le concept de « leadership bienveillant » a pris, peu à peu, toute sa place dans notre société.

Pleine conscience et leadership bienveillant 

Certaines personnes développent naturellement de l’empathie, une forte intelligence émotionnelle, de par leur personnalité ou leur éducation. Un leader qui possède cette bienveillance pourra alors plus facilement faire circuler cette valeur au sein de son entreprise.

Quelles sont les qualités d’un leader bienveillant ? La connaissance de soi, l’écoute, l’empathie, la flexibilité, l’altruisme, l’humilité, etc…des qualités qui paraissent aller de soi ! Mais alors comment développer ces qualités quand ce n’est pas inné ou que nous n’arrivons pas à les utiliser ?

La pleine conscience est un outil puissant et très efficace selon Carl Lemieux, associé chez Mindspace, organisation spécialisée dans le mieux-être psychologique en entreprise. Les notions de présence à soi, d’observation de nos pensées, de conscience de nos croyances limitantes, sont des outils nécessaires pour faire émerger le leadership conscient. 

Dans un monde où tout va vite, où nous sommes en permanence en mode « réaction », il devient primordial de faire une pause…..de respirer…..et d’écouter quelques minutes ce qui se passe à l’intérieur de nous…….avant de prendre de meilleures décisions.

Carl Lemieux nous a rappelé lors du webinaire du 29 septembre dernier quelques bienfaits de la pleine conscience : diminution du stress et de l’anxiété, bienveillance facilitée, amélioration de la capacité décisionnelle, meilleure régulation émotionnelle (réactions émotionnelles plus adaptées), flexibilité psychologique (lorsqu’on se sent en sécurité, plus d’options se présentent à nous) et meilleure réponse physiologique (système immunitaire par exemple).

Voici un exercice pratique à essayer chez vous ou à votre poste de travail : 

Stop : arrêtez ce que vous faites et pensez à ce qui vous préoccupe

Trouver son souffle : inspirer 4 secondes puis expirer 6 secondes (à faire plusieurs fois)

Observer son expérience : ses émotions, ses pensées, ses sensations physiques

Poursuivre avec intention : que veut-on réellement faire ? (action plus juste, en accord avec nos valeurs)

Essayer la pleine conscience, c’est l’adopter !

 

Retour à la liste des nouvelles