L'autonomie décisionnelle

Plusieurs recherches démontrent un lien entre une faible autonomie au travail et des problèmes de santé. Quelles pratiques doit-on privilégier pour favoriser l'autonomie décisionnelle ?

Pourquoi se préoccuper de l'autonomie décisionnelle ? 

L’autonomie décisionnelle fait référence à la possibilité d’exercer un certain contrôle sur le travail à réaliser et la possibilité d’utiliser ou de développer ses habiletés. Un milieu de travail où l’autonomie décisionnelle est élevée, se reflète par :

  • La possibilité et l’encouragement à utiliser sa créativité, à faire preuve d’initiative et à développer ses compétences pour réaliser de nouvelles tâches;
  • Une marge de manœuvre pour prendre des décisions de manière autonome, pour choisir ses méthodes de travail et contrôler le rythme de travail;
  • La participation des employés aux décisions organisationnelles qui les concernent;
  • L’implication des employés avant, pendant et après les changements organisationnels.

Plusieurs recherches démontrent un lien entre une faible autonomie au travail et des problèmes de santé. Toutefois, ce serait la combinaison d’une faible autonomie et d’une forte demande psychologique (charge de travail) qui occasionnerait les problèmes de santé les plus importants. En effet, cette combinaison de facteurs de risque, que l’on nomme le phénomène de tension au travail, augmente le risque chez les travailleurs, de développer des maladies cardiovasculaires et mentales.

Quelles pratiques privilégier ? 

  • Mettre en place un processus préétabli de participation aux décisions, ce qui permet d’éviter d’improviser ou de négliger une telle pratique au profit de décisions unilatérales qui peuvent se prendre plus rapidement;
  • Associer les travailleurs aux décisions qui impactent directement leur travail;
  • Inclure des travailleurs dans les comités de gestion du changement, prévoir des moments de consultations à toutes les phases du changement;
  • Implanter l’horaire variable, permettre l’aménagement du temps de travail ou laisser aux travailleurs la possibilité de choisir leur moment de pause si cela est possible;
  • Fixer de grands objectifs à atteindre, mais laisser la flexibilité aux employés quant au choix des méthodes, des outils et du rythme de travail;
  • ...

Pour plus d'informations et d'autres suggestions de pratiques, consultez la fiche complète sur l'autonomie décisionnelle de l'Institut national de santé publique du Québec

Source : Institut national de santé publique du Québec

Retour à la liste des nouvelles