Nouvelles

L’entreprise, un acteur essentiel de la santé : panorama international

Table ronde organisée par HEC Alumini de Paris à laquelle le Groupe ES était invité

Le 10 mars 2021, Aurore Paul des HEC Alumini de Paris animait une table ronde visant à explorer les impacts de la pandémie sur la promotion de la santé et du mieux-être en milieu de travail.

Les participants à cette table ronde internationale provenaient de :

  • France avec David Mahé, Fondateur de Human & Work et Marc-Henri Bernard, DRH du Groupe Rémi Cointreau.
  • D’Afrique avec Ludovik Putaud, DRH chez CFAO
  • Du Québec avec Mario Messier, Directeur scientifique du Groupe entreprise en santé

 

Pour mettre la table, l’animatrice a présenté trois constats liés à la crise sanitaire du Covid-19 :

  1. Les entreprises ont un rôle important à jouer en matière de santé publique.
  2. Les mesures sociétales et organisationnelles mises en place pour faire face à la pandémie ont eu des conséquences sur la santé du personnel.
  3. La crise aura des impacts durables sur les milieux de travail, notamment en lien avec le télétravail.
 

Par la suite, les panelistes ont été invités à répondre aux trois questions suivantes :

  • Quel positionnement l’entreprise devrait-elle prendre en lien avec la santé de son personnel?
  • Qu’est-ce qui a fait la différence dans la gestion de crise ?
  • Quelles leçons les entreprises peuvent-elles en tirer pour s’inscrire dans un cercle plus vertueux en matière de santé et mieux-être?

 

Voici quelques réflexions et constats qui sont ressortis de cette discussion :

La crise s’est révélée être un accélérateur de changements tels que le télétravail ou la dématérialisation des activités (formations, rencontres d’équipe…), déjà amorcés au sein des milieux de travail.

À une époque où l’engagement social des organisations est devenu un enjeu significatif pour beaucoup d’entre elles, l’importance d’agir pour favoriser la santé et le mieux-être du personnel fait maintenant l’objet d’un consensus assez large. Non seulement, l’entreprise est désormais légitimisée de le faire, mais les bénéfices sont bien présents tant pour le personnel, pour la société et pour l’entreprise elle-même.

Il est de plus en plus reconnu que les organisations peuvent jouer deux rôles en lien avec la santé de leur personnel; un rôle en lien avec le curatif et un autre en prévention. Les rôles qu’elles assument dépendent en partie des conditions économiques et sociales du pays où elles se trouvent. Ainsi, en Afrique, où l’état offre peu ou pas de protection sociale en matière de santé, les entreprises doivent s’impliquer au niveau des soins de base en matière de curatif. Ailleurs, lorsqu’une couverture étatique existe pour les soins de santé, l’organisation peut bonifier cette offre, mais les impacts qu’elle peut avoir se trouvent surtout en matière de prévention et de promotion de la santé.

Bien qu’elles ne le réalisent pas toujours, les organisations ont un impact important sur la santé et le mieux-être de leur personnel qui y passe une bonne partie de son temps éveillé. L’environnement physique et organisationnel, les pratiques de gestion, les politiques et la culture d’entreprise peuvent favoriser ou défavoriser la santé.

Parmi les impacts significatifs de la crise récente, les panélistes ont souligné:

  • La santé du personnel est devenue un enjeu stratégique discuté au plus haut niveau organisationnel.
  • La pandémie a rappelé le fait que les crises majeures peuvent survenir à tout moment, et qu’en fait, elles font partie de la vie.
  • Les entreprises qui étaient les mieux préparées et qui se sont montrées les plus résilientes étaient celles qui avaient une forte culture de santé et de mieux-être puisque c’est la sécurité émotionnelle associée à une telle culture qui permet aux employés de réagir avec agilité lorsqu’un changement important ou une crise survient.
 

L’importance de la fonction RH a été mise en évidence pendant la crise et l’importance du « prendre soin » a pris tout son sens. Cette notion/attitude/valeur constitue précisément l’un des rôles fondamentaux de la fonction RH.

La santé mentale, déjà un enjeu significatif avant la pandémie, est devenue une préoccupation majeure pour presque tous les milieux de travail. En lien avec la santé psychologique, il ne faut pas oublier les liens étroits qui existent avec la santé physique, la santé sociale et les pratiques de gestion.  Les milieux de travail ont un impact favorable sur la santé mentale de leur personnel lorsqu’ils mettent en place des pratiques de gestions favorables, lorsqu’ils favorisent les saines habitudes de vie et des liens sociaux forts au sein de leurs équipes et lorsqu’elles font en sorte que leurs employés trouvent du sens dans leurs accomplissements au travail.

Les panélistes ont souligné l’importance de développer une culture de bienveillance au sein des organisations, une culture ou le respect et une confiance mutuelle existent entre la direction et le personnel. Ce genre de culture favorable à la santé et au mieux-être est ce qui permet de générer, même en temps de crise, une saine performance organisationnelle, une performance saine liée au fait que le personnel qui jouit d’une meilleure santé globale s'avère plus productif et résilient.

Pour voir ou revoir cette table ronde organisée par HEC Paris, voici le lien de l'enregistrement :  https://bit.ly/31UPUa9  

 

 

Retour à la liste des nouvelles