Nouvelles

La conscience du corps

Par Dominique Dufour

Cet article vous est présenté par Dre Dominique Dufour, chiropraticienne, D.C, un fournisseur de services membre du Groupe entreprises en santé.

La pandémie aura mis en lumière de façon plus concrète et approfondie l'importance de l’ergonomie, de l’ameublement, des postures adoptées durant ses activités professionnelles, de la gestion du stress et de l'importance de bouger… souvent.

Tous ces éléments et leurs pistes d’amélioration étaient déjà connus par les entreprises ayant à cœur la santé de leurs employé.e.s mais la pandémie aura fait de cet enjeu, soit la santé et le mieux-être au travail, une priorité.

Comment motiver un.e employé.e  à bouger plus pour sa qualité de vie? Comment permettre aux employé.e.s de souffler entre deux réunions en télétravail? Comment améliorer la conscientisation que les autres activités, postures et habitudes adoptées à la maison sont d’une grande importance sur les tensions ressenties lors des activités reliées au travail ?

Et si la solution passait par la collaboration mutuelle et la responsabilisation individuelle ?

COMPRENDRE. AGIR. PRÉVENIR.

D’abord COMPRENDRE

On ne peut pas résoudre un problème sans en connaître et comprendre les multiples facettes. Quelles sont les origines possibles d’un mal de dos et de cou ? Sont-elles seulement physiques ? Quel est l’impact du stress sur les douleurs ? Quels sont les impacts d’une mauvaise alimentation sur le stress et sur les raideurs articulaires ou musculaires ? Une fois les douleurs installées, quelles sont les conséquences sur la récurrence des problèmes ? Créeront-elles à leur tour d’autres stress psychologiques et physiques ?

Toutes des questions intéressantes, bien sûr ! Mais explorons aujourd’hui ce que nous disent les recherches sur l’association entre la posture assise soutenue et la lombalgie et les solutions qui s’offrent à vous.

L’étude « Association de l’exposition aux postures assises avec des augmentations immédiates des maux de dos : une revue systématique des études avec un temps d’assise mesuré objectivement » par DE Carvalho, K de Luca, MJ Funabashi et al. établit que le fait de rester assis pendant des durées totales allant de 1 à 6,96 heures par jour pendant 5 jours est associé à des augmentations immédiates de la lombalgie chez les personnes avec et sans antécédents cliniques de lombalgie.

Mme Valérie Hervieux, quant à elle, faisait mention lors du Webinaire « Les réunions actives : comment réunir santé et performance ? », présenté au Groupe Entreprises en Santé, que les travailleurs sont en moyenne assis 9.5 heures par jour.

Rien de surprenant que la lombalgie soit la principale cause d’invalidité dans le monde1.

La durée est donc un facteur important, mais la posture dans laquelle les travailleurs sont assis est, elle aussi, primordiale pour prévenir les maux de cou, de dos ou de tête, entre autres.

L’obligation de travailler à la maison durant la pandémie aura mis de l’avant les effets néfastes d’une mauvaise installation en télétravail, comme celle de travailler sur une table de cuisine avec une chaise ou un tabouret non adapté. De plus, les longues heures sans pause naturelle (aller discuter avec son collègue debout, se déplacer pour une réunion, etc.) combinées à une diminution de l’activité physique (peu ou pas de déplacements pour se rendre au travail) auront eu des effets négatifs, ayant comme impact une augmentation des douleurs cervicales, dorsales et lombaires.

Comprendre, c’est conscientiser l’individu et lui permettre… d’AGIR.

Ensuite AGIR

Trouver des solutions pour faire bouger ses employés durant leurs activités au travail sans déranger la productivité préoccupe certainement tout employeur.

Les pauses sont essentielles à la récupération et au bien-être physique et mental. Ces périodes ont d’ailleurs des répercussions positives sur la concentration et la performance. C’est ainsi qu’un programme d’exercices ciblés est toujours de mise pour améliorer les capacités cardiovasculaires et la force musculaire.

Encourager l’employé à prendre ce temps aidera non seulement ses performances au travail mais surtout à atteindre une meilleure santé, un impact majeur dans sa qualité de vie personnelle et professionnelle de même que pour sa santé mentale. La vie est un tout. Nous voulons rester performants dans tous les aspects de notre vie.

Nous devenons ce que nous répétons. Plus la personne apporte les correctifs posturaux de façon répétitive durant la journée, plus vite s'ancrent ces bonnes habitudes, un principe de la neuroplasticité. Et c’est là que PRÉVENIR devient possible.

PRÉVENIR

De plus en plus, travailler à la maison fait partie de nos mœurs.

Prendre connaissance de l'impact des postures à prime abord naturelles et banales est primordial pour la santé de l’employé.e.

Ainsi l'usage du téléphone cellulaire, d’une tablette ou d’un ordinateur portable sur une table basse ou sur ses genoux, peut amener son utilisateur à pencher la tête vers l’avant lors de leur utilisation, ce qui crée une pression énorme sur les disques. Cette posture porte le nom de « posture du cou texto ». Des études démontrent qu’avancer la tête d’un pouce (2.5 cm) seulement vers l’avant crée une pression supplémentaire de 10 livres (4.5 kg) sur la colonne vertébrale, créant ainsi une fatigue musculaire accélérée2.

Lorsque de telles sources de stress sont identifiées, un plan d’action peut être élaboré. Cette compréhension du pourquoi bien se tenir, de bouger souvent et l’application de bien d’autres conseils préventifs ne nécessite plus de motivation extrinsèque pour leur mise en pratique régulière car on en saisit les enjeux.

Les objectifs et les raisons de ces conseils sont clairs et la volonté de voir du changement sera de la partie !

Donner à son employé.e la possibilité de trouver des solutions afin d’améliorer sa santé, c’est lui offrir les clefs de la liberté en retrouvant son pouvoir sur sa santé, permettant une collaboration pour prévenir plutôt que guérir.

Un service de conférences en entreprises !

L’objectif des conférences que j’offre aux entreprises vise à conscientiser tant l’employeur que l’employé.e sur l’importance d’adopter de bonnes postures et de l’exécution d’exercices durant les heures de travail, par l’intégration, entre autres, du concept de «la minute active». Cette pratique consiste en une minute d’exercices par tranche de 30 minutes en position statique.

Cette « minute active » est simple d’utilisation et s’intègre aisément durant les activités quotidiennes ce qui en fait tout son intérêt. Elle vise à éviter l’accumulation de la fatigue nerveuse et musculaire pour diminuer les raideurs articulaires. Considérant le nombre d'heures moyen qu’une personne travaille en position assise, il est essentiel qu’elle intègre cette « minute active » pour empêcher les conséquences néfastes sur le cou et le dos.

Durant mes présentations, l’approche globale préconisée est basée sur des piliers de la santé, comme l’alimentation, l’exercice, le repos/sommeil, l’attitude mentale positive et la santé neuro-musculo-squelettique. Les principes de neuroplasticité sont expliqués et simplifiés.

L’emphase est mise sur la prévention et la conscientisation de l’impact des postures et des habitudes quotidiennes sur le système nerveux, les hormones de stress, les disques intervertébraux et l’apparition prématurée de signes dégénératifs articulaires de même que leur impact sur la tension musculaire ressentie.

 

  1. Hartvigsen J, Hancock MJ, Kongsted A, et al. What low back pain is and why we need to pay attention. Lancet 2018;391(10137):2356-2367.
  2. Text Neck Syndrome. Association des Chiropraticiens du Québec.

Pour en apprendre davantage sur les services de conférencière en entreprise de Dre Dominique Dufour, chiropraticienne, D.C., et pour mettre en place des stratégies gagnantes pour la santé de vos équipes, voici ses coordonnées : ddufour.dc@chiropratiquedufour.com ou 418-687-5372.

Retour à la liste des nouvelles